2017

Quand on va à un festival de Scrabble en Pays d’Oc, on est à peu près sûr de deux choses :

1 – on va se dilater l’estomac vu le programme gastronomique, les cadeaux de participation habituellement offerts et la dotation exclusivement gourmande.

2 – on va se dilater la rate, étant donnée l’ambiance joyeuse, les nombreuses animations proposées et le naturel jovial des animateurs.

C’était ma première participation ici en Aveyron, et nous sommes venus en groupe du club du Bouscat (33), qui pour la semaine vu les dégustations proposées à des bordelais sevrés de vin comme chacun sait, qui pour seulement le week-end vu qu’il faut bien que certains travaillent pour payer nos retraites.

On s’était dit : le 1er mai en Aveyron il va faire beau et chaud. D’autres il va faire chaud et beau (c’est une contrepèterie…). Et voilà que, patatras !, les éléments se révoltent contre notre optimisme aveugle.

En deux jours, dimanche et lundi, notre chapiteau a vécu le déchainement des éléments, et le cinéphile que je suis va essayer de vous les raconter en s’amusant.

Acte 1 : 747 en péril

Ça commençait bien. En ce dimanche matin la partie 3 s’étirait gentiment. On s’ENGOUERA pour un petit scrabble, nous pigions mal ce que voulait dire POIGNIS, certains s’étonnaient qu’on puisse REVISITER le même festival et tout à coup : FURAX pour 37 points ! Mais qui est donc fâché ? Les éléments se déchaînent, on tourbillonne, on fait un LUTZ qui n’est même pas double, et j’imagine la voix de Serge aux commandes de l’appareil qui commence à tanguer dans le vent :
” Je suis le commandant Delhom, vous êtes à bord du Boeing de Pays d’Oc Air Lines, nous volerons à une altitude de 1064 pieds (le top de la partie !), nous traversons actuellement une zone de perturbations et survolons Rodez. Les gros nuages noirs que vous apercevez sont en réalité des tableaux de Pierre Soulages. Si le vent porteur se maintient nous traverserons la Méditerranée  avant le début de la quatrième partie, sinon nous serons de retour à Pont-les-Bains pour le dîner du soir. Les passagers qui rateront leur correspondance pourront assister ensuite à la messe du père Gouttard, qui rajoute deux psaumes mystérieux à son recueil de prières :
32, les D des S qui C de P et 747 Y-a-t’il un P dans l’A ?.
Ah oui ! 32, les Dents des Scrabbleurs qui Claquent de Peur et 747, Y-a-t’il un Pilote dans l’Avion ?
Nos hôtesses arbitres et stewards ramasseurs vous demandent d’attacher vos ceintures et de ne pas quitter l’appareil avant la fin de la partie, en n’oubliant pas de remplir un dernier papier pour les formalités d’accueil au resto de l’Oustal. Dès que votre hôtesse vous aura libéré vous pourrez enlever votre gilet de sauvetage et descendre de l’avion par le toboggan géant qui mène à l’apéro “.

Acte 2, le lendemain : Titanic

Le matin, la mer est calme. Certes le solide considéré qu’est notre chapiteau était égal au volume du cube, comme ça vous aurez au moins appris ce que veut dire la CUBATURE. A la surface de l’eau quelques VÉGÉTAUX, on signale bien des GIBOULÉES. Et soudain les joueurs se liquéfient comme le gaz d’un CRYOSTAT : un immense iceberg de 137 points sous forme de scrabble en triple à lettre chère, et la pluie qui se déchaîne, d’autant qu’on joue ZEFS, puis ENNUAGÉS dans la foulée. C’est l’arche de Noé, le Titanic revisité.  Pierre-Louis di Caprio 1 et Yolande Winslet 2 sont à la proue et scrutent l’horizon. Michelle 3 et Brigitte 4 s’activent à sortir les canots de sauvetage en précisant bien qu’il s’agit de modèles originaux qui n’acceptent que 7 passagers sur 8 possibles, car nous sommes déjà dans la deuxième partie du navire qui s’enfonce doucement dans cette mer FRÉGATÉE. L’orchestre du paquebot, réduit à un seul jeune mais talentueux chanteur-guitariste continue à jouer en respectant l’HEXACORDE. Seul le président Lachkar 5 reste en chemise à manches courtes et en short alors que la plupart des passagers frigorifiés rajoutent des polaires sur leur gilet de sauvetage. L’adjonction au dernier moment d’un métal lourd fait que le bateau BISMUTHÉ disparaît dans les fonds emportant avec lui tous les passagers restants vers des profondeurs de -1000 ! La journée s’achève dans un maelström par adjonction de l’amiral Delhom d’une 9ème lettre pour les quelques survivants… et par un nouvel apéro pour les autres.

Voilà, j’espère juste que le TH4 final ne serait pas l’occasion d’une adaptation d’Aveyronnic Park.
Que nenni ! Nous avons échappé aux dinosaures et j’ai vécu une adaptation d’un nouveau film : La Mouche, qui m’a tyrannisé tout l’après-midi et m’a permis de rendre une partie RINGARDE, ce qui fait que j’ai MORFLÉ fort. J’aurai mieux fait de TRÉVIRER quand j’ai croisé l’OISELIER. Bref, mon score à NANISÉ un max !

Alain BAUMANN

 

  1. Pierre-Louis COHARD
  2. Yolande MEYER
  3. Michelle COHARD
  4. Brigitte DELHOM
  5. Jacques LACHKAR, ancien président de la FFSc